vendredi 4 mars 2011

Naissance du Front Hexagonal de Libièration - on se sent moins seul !

Le Front Helvétique de Libièration (FHelL) a le plaisir d'annoncer la naissance, outre-Jura, du Front Hexagonal de Libièration (FHexL)

***

Communiqué
Sous embargo jusqu’au 4 mars 2011, 10:00 CET
LIBIÈRATION!
Fondation du Front Hexagonal de Libièration
Réuni aujourd’hui vendredi au Salon du Brasseur de St Nicolas de Port, près de Nancy, le Front Hexagonal de Libièration (FHL) a révélé son existence au grand jour et présenté son manifeste.
Nébuleuse de six artisans-brasseurs renforcés de quelques sympathisants, le FHL est une initiative contre la relative torpeur et le cynisme qui touche le monde brassicole français. Partant du constat qu’effectivement la microbrasserie ne s’est jamais aussi bien portée en France qu’actuellement, le FHL relève dans son manifeste les risques de toute complaisance ou autosatisfaction, la partie étant loin, à leurs yeux, d’être gagnée.
Parmi les choses que déplore le FHL, il y a la réticence de la brasserie française à employer les houblons à leur plein potentiel, par peur d’une amertume supposée choquer les consommatrices et consommateurs. Ayant justement constaté le contraire dans les faits, les brasseries membres du FHL vont apposer une série de trois macarons identifiant clairement leurs bières plus fortement houblonnées mais au goût équilibré.
Aux dires d’un porte-parole du FHL désirant demeurer anonyme : « Bien sûr que le FHL est un coup de gueule, et un coup de gueule avec un sourire en coin. Mais ce que nous relevons n’en demeure pas moins très sérieux, et doit être entendu du milieu brassicole français, sans quoi nous allons collectivement manquer le coche. LIBIÈRATION ! »
Note : Le Manifeste du FHL et quelques documents complémentaires sont disponibles sur le site http://www.libieration.org/
***
Bon, j'en vois rigoler dans le fond, là... internationalisation de la lutte (ou, comme disait un des fondateurs du FHexL "Laurent est en train d'ouvrir des franchises...")

C'est pas tout à fait aussi simple. L'initiative vient bel et bien de cinq brasseurs et une brasseuse français, exprimant des frustrations étonnamment convergentes par rapport au cynisme et à la pleutrerie ambiante dans le milieu. J ne fais que suivre l'évolution de près et donner de petits coups de main ici et là...

Eux produisent, à petite échelle, avec une éthique de travail et un amour du goût qui tranche sauvagement avec la mauvaise réputation qu'ont les micro-brasseries françaises de ce côté-ci du Jura. Je suis consommateur-agitateur. Nos intérêts convergent, dans un esprit convivial et doucement rigolard.

Mais attention, ce n'est pas que de la rigolade. Comme le relève le communiqué, il y a de vrais problèmes et de vraies questions posées dans le manifeste du FHL, qui demandent des réponses claires. Sans quoi la micro-brasserie française, assise sur son cul à se contempler béatement le nombril, va se prendre quelques claques retentissantes dans pas bien longtemps...


Longue vie au Front Hexagonal de Libièration !
 

7 commentaires:

Pierrot a dit…

Je suis à fond avec vous !
Buvons du bon !
A ces 6 brasseries de tirer le monde brassicole français vers le haut, montrez-nous ce dont vous êtes capables !!!

Rémi a dit…

Tiens donc... L'agit-prop recommence (ou continue...). Je ne sais pas pourquoi, mais je ne suis pas surpris de la liste des courageux combattants de la libièreté. :-)

Anyway, c'est une bonne initiative, ne serait-ce que pour faire du bruit. J'avoue ne plus être très au courant depuis quelques années, mais ça fait déjà un moment que je trouvais que le (micro-)brassage français avait un peu trop tendance à s'endormir sur des petits trucs pépères (mis à part quelques courageux, comme ceux qu'on retrouve ici). Le terroir et le bio comme argument de vente, c'est bien gentil mais ça ne fait pas forcément de la bière gustativement intéressante.

Par exemple, il suffit de regarder les articles dans les publis de la Camra : y'a de l'Italie à foison, de l'Europe central et de l'est en veux-tu en voilà, mais la France, que pouic. Et pourtant, sur le papier, c'est pas le nombre de brasseurs qui manque !

Donc, go on FHL ! Brassolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Et faites de la provo', tant que vos bières restent bonnes (pour celles que je connais), ça ne pourra que faire du bien à tout le monde.

Laurent Mousson a dit…

Tiens, v'là l'ami Rémi ! :o)

le FHexL est une nébuleuse, et va rester non constitué (clairement posé (on n'est pas là pour remplacer ATPUB)... par contre, pour éviter le mélange des genres, et vu les réactions intéressantes côté consommateurs, jeplanche sur uen branche "FHL-Conso", un truc du genre... Là aussi, pas constitué mais plutôt une plateforme d'information... ou plutôt d'anti-désinformation, dans le but de faire de la sensibilisation.
Parce que finalement, l'esprit critique,il s'limente d'information indépendante et critique, et il y a un foutu boulot de fond à faire...

Laurent Mousson a dit…

PS: laisse un mot aux combattants de la libièreté sur le livre d'or de libieration.org (tout en bas à gauche), j'en connais au moins deux à qui ça fera plaisir...

Rémi a dit…

Ah bah clairement, ça n'est pas la même chose que (défunt) ATPUB. Mais y'a pas de problème, y'a la place pour différentes approches (surtout vu la taille/population/nombre de brasseurs du pays !). Là c'est les brasseurs qui bougent, c'est parfait, ça sert à rien de se battre côté conso si les producteurs ronflent dans leur coin.

Et puis surtout, ATPUB et son échec au final a montré que le consommateur français n'était peut-être pas prêt à s'investir dans la bière, en tout cas pas de la manière qu'on avait choisie. Bon, y'a plein d'autres raisons aussi, mais le fait que l'assoc' n'ait jamais réussi à dépasser quelques passionnés montre bien que ça ne motivait pas les foules (alors que des salons de la bière, par exemple, marchent bien : c'est pas que les gens en ont rien à faire de la bière, mais ils ne sont pas motivés par de la "défense du consommateur").

Du coup, faut essayer autre chose : si le "syndicalisme" tranquille, pétitions, lettres officielles et dégustations bien au chaud ne marchent pas, peut-être qu'il faut faire du bruit, de la provoc' et des choses qui feront parler. Et ce qui est valable pour les consommateurs l'est sans doute aussi pour les brasseurs.

Donc FHL-canal brasseurs, très bien. Si y'a un FHL-canal conso qui se lance un jour, très bien aussi. Y'a des liens entre tout ça, mais chacun peut aussi vivre sa vie et mener sa bataille séparément, je n'y vois pas d'inconvénients (il y a énormément à faire avant de pouvoir dire qu'il y ait concurrence entre les initiatives dans ce domaine).

(et sinon, oui, je vais aller leur mettre un petit mot...)

Benoît a dit…

ohhhhh un moyen ...
content, mais il reste du boulot pour faire comprendre tout ca au monde optu de la brasserie francaise ...

Juan a dit…

Très chouette initiative, et si en prime un FHL-Conso se lance, ce sera tant mieux !