samedi 26 décembre 2009

Bouquins de l'année - partie I : les guides

Tiens, maintenant que vous avez tous bien gentiment déballé vos cadeaux, je vais un peu faire le tour des publications brassicoles intéressantes en 2009,celles que vous ne vous êtes pas fait offrir pour Noël... ça sera pour l'essentiel des bouquins en anglais, mais faut pas se leurrer, ce qui sort en français est inférieur tant par la qualité que par le nombre...


On va commencer par quelques guides :

La Campaign for Real Ale (CAMRA, le mouvement de consommateurs de bières britannique) est, via sa filiale CAMRA Books, un des gros éditeurs de guides spécifiques consacrés à la bière.


Chaque année en septembre, il y a l'habituel Good Beer Guide, qui recense les meilleures pubs du Royaume-Uni en matière de cask ale (bière traditionnelle de fermentation haute, non filtrée, non pasteurisée, refermentée dans le fût d'où on la sert sans pression de gaz externe). L'édition 2010 est disponible et fidèle à elle-même : ne passez pas la Manche sans lui !
La grande innovation, pour 2009, est que le Good Beer Guide est disponible en version mobile, à savoir une application pour iPhone ou un service pour les autres marques de téléphone mobile. Et on peut le tester 7 jours gratuitement (genre ça suffit pour une week-end prolongé, mais dites pas que je vous l'ai dit)...


CAMRA Books ont sorti cette année une nouvelle - et septième - édition du Good Bottled Beer Guide de Jeff Evans. Le propos de celui-ci est de recenser les bières refermentées en bouteille (bottled conditioned, attention c'est un faux ami...) produites au Royaume-Uni. Le concept a ses limites, vu qu'il y a aussi d'excellentes bières en bouteille qui ne sont pas refermentées en bouteille (entre autres des bières filtrées mais non pasteurisées), donc ce n'est pas du tout exhaustif en termes de bonnes bières en bouteille britanniques. En outre, je ne suis pas absolument convaincu par la structuration de cette édition, qui laisse tomber le classement alphabétique par brasserie avec commentaire sur chaque bière, au profit de chapitres par styles suivis d'un listing pratiquement non commenté. M'enfin, ça reste un bon outil si on s'intéresse à ce qui se fait en bouteille outre-Manche...


Un autre gros morceau, très attendu, était la Sixième édition du Good Beer Guide Belgium de Tim Webb, co-édité par CAMRA Books et Cogan & Mater. Je connais quelques péééénibles qui, en cherchant bien, lui ont trouvé quelques failles mineures, et cette édition sera peut-être un peu moins éclairante que certaines des précédentes pour les profanes abordant le monde souvent peu transparent de la bière belge, mais il n'empêche que c'est le guide de terrain indispensable pour aller à la chasse aux bières en Belgique, et pouvoir distinguer entre vrais artisans-brasseurs, sociétés commerciales ne brassant pas, grandes brasseries nationales et multinationales. Et c'est surtout un répertoire exhaustif d'établissement où trouver un bon choix de bières, et un répertoire de brasseries indiquant lesquelles peuvent être visitées. Il est conçu pour être employé sur le terrain, bourré jusqu'à la gueule d'informations pratiques, et d'une très grande indépendance. Aucun des ses concurrents francophones ne lui arrive à la cheville. Moralité : Ne passez pas l'Escaut sans lui !

Cogan & Mater ont sorti quelques autres titres intéressants cette année. Une 2e édition de Around Bruges in 80 Beers, et deux nouveaux volumes sur le même concept : Around Brussels in 80 Beers et Around London in 80 Beers.

Le concept est de répertorier pour chaque ville couverte 80 bars, cafés, restaurants, pubs, cavistes, delicatessen etc. et de mettre en avant une bière disponible à cet endroit. C'est surtout intéressant parce que cela sort des sentiers battus, permet de découvrir des perles hors des circuits touristiques, et ouvre des perspectives sur les associations entre bières et mets.
Les volumes consacrés à Bruges et Bruxelles se concentrent évidemment sur les bières belges, alors que celui consacré à Londres met aussi en exergue la diversité de bières de provenance diverses disponibles dans cette très cosmopolite mégapole. Là aussi, c'est conçu pour une utilisation de terrain, factuel, pratique, bref, à embarquer dans le bagage à main pour quelques petits ouikènndes prolongés.
(ah, et il y a actuellement une promo si on commande les trois ensemble chez Cogan & Mater)


Dans un autre registre, The Rough Pub Guide de Paul Moody et Robin Turner, sous sa couverture simulant à merveille un sous-bock limite poisseux, est une ode aux 50 pubs les plus pittoresquement euh, comment dire... cracra... non, pas seulement... en fait, aux boozers, ces pubs un peu décatis, perdu dans ces coins improbables, souvent terriblement kitsch, avec leur horde d'habitués plus ou moins inquiétants et pittoresques, dans un ensemble terriblement attachant. Ce livre tient aussi du reportage anthropologique dans la Grande-Bretagne la plus profonde, ce qui le rend d'autant plus passionnant, et franchement hilarant par endroits.


D'ailleurs cette année a vu, dans une perspective analogue, la sortie à Genève de Derniers Bars avant la Fin du Monde, qui chronique quelques-uns des bars et cafés les plus pittoresquement décatis de la cité de Calvin. ça ne donne pas trop trop envie de les visiter dans certains cas - c'est généralement assez indigent question choix de bières... -   le texte est loin d'être exempts de coquilles, mais c'est une plongée fascinante dans l'univers des bars de quartier et de leur rôle dans notre tissu social qui vaut la peine d'être lu. Le tirage du guide est malheureusement déjà épuisé, mais l'essentiel des chroniques, assorti d'autres textes, est lisible sur le site web des auteurs

[suite au prochain épisode]

7 commentaires:

Rémi a dit…

En ce qui concerne le Good Beer Guide, j'aurais pour ma part deux remarques à faire pour les lecteurs non-britanniques (et non familiers avec les bières britanniques).

D'une part, il n'est pas indispensable d'avoir le guide de l'année en cours : certes, les pubs changent d'une année sur l'autre, mais un bon pub devrait toujours être présent 2-3 ans après. Les horaires d'ouverture et autres détails auront peut-être changé, mais l'adresse sera toujours valable. Ça évite de se ruiner en rachetant une version tout les ans si on ne l'utilise pas très souvent.

D'autre part, du point de vue de quelqu'un découvrant les productions outre-manchiennes, il n'y a heureusement plus vraiment besoin de guide pour trouver des choses intéressantes ! C'est sans doute à mettre au crédit de la CAMRA (et autres associations et initiatives), mais maintenant, si on évite les bars de grandes chaines (encore que, Whetherspoon n'est pas si mal) et les trucs branchés (là aussi, y'a du bon, mais il faut connaitre), si on vise le pub traditionnel, quoi, on a d'assez bonnes chances de trouver au moins un brasseur régional (type Fuller) à la pompe. Bref, on peut y aller (presque) les yeux fermés dans un premier temps.

J'ai un peu la même critique sur le Good Bottled Beer Guide : entre les micros introuvables ailleurs que dans une ou deux boutiques et les bières qui ne sont pas bottle-conditionned mais qui sont très bonnes, au final et en première approche, pas besoin de guide, presque n'importe quoi du rayon "ales" d'un supermarché (oui, même d'un géant type Tesco ou Sainsbury) est intéressant.

Ceci dit, ce sont quand même de très bons bouquins et les acheter, c'est aussi un moyen de soutenir la CAMRA !

Ah et puis "bananier" à tous, c'est la saison...

Laurent Mousson a dit…

Clair, un GBG qui a deux ou trois ans est tout à fait utilisable, pas de doute...
Par contre de là à se passer totalement de guide outre-Manche, je trouve que tu pousses un peu, Entre Londres, où il est extrêmement facile de trouver des pubs quelconques à la bière limite qualitativement, alors que des joyaux se trouvent dans la rue latérale à 100m de là... et il y a un certain nombre d'autres villes du pays où c'est un peu pareil. York, par exemple, où les bons abreuvoirs sont en marge du centre.

En outre, il y a des zones comme le nord de l'Ecosse ou même certaines zones urbaines d'Angleterre où les pubs mettant l'accent sur les bières que qualité sont rares.

Ensuite, éviter les grandes chaînes, certes oui, mais encore faut-il savoir que c'est des chaînes ! (Là aussi, elles sont listées dans le Good Beer Guide...)
Elles n'avances pas toutes aussi bien masquées que Wetherspoons (effectivement parfois de bon niveau...), mais c'est pas évident évident quand tu débarques sans points de reférence en Grande-Bretagne.

Au fait, côté bouteilles, si tu veux un bon choix, trouve-toi un gros supermarché Waitrose: Tesco et Sainsbury's peuvent aller se rhabiller en comparaison. ;o)

Rémi a dit…

C'est vrai, je provoque un peu en disant qu'un guide n'est pas utile. Mais c'est un blog de ceux-qui-mettent-les-pieds-dans-le-plat, non ? ;-)

En fait, tout dépend à mon avis quel est le but de la visite en Bretonnie. Si l'un des objectifs principaux est de boire, alors oui, le guide s'impose. Si, par contre, plusieurs dans le groupe ne sont pas trop intéressés par la bière, que le programme entre shopping et visites de musées est déjà chargé, alors là, je dis au touriste qui voudrait tester quelque chose qu'il ne trouvera pas en France (ou ailleurs sur le continent) qu'il n'a pas besoin de guide et qu'il lui suffit de rentrer dans le premier pub qui a l'air traditionnel et où il voit des pompes à main par la fenêtre.

Oui, il risque de tomber sur un pub où le sommum brassicole sera de la Green King. Oui, il aurait pu trouver mieux 100 m plus loin. Mais pour autant, il boira quelque chose de nouveau et de pas si infidèle à la bière britannique. Et de toute façon, il sera incapable de se souvenir de ce qu'il a bu 2 jours après, vu qu'il aura voulu tester la Marmite à son hôtel le lendemain matin et se sera irrémédiablement brûlé le palais :-)

Pour les supermarchés, oui, Waitrose est le mieux que j'ai trouvé, suivi par Sainsbury, puis Tesco et Sommerfield assez loin derrière. Ce qui recoupe aussi les gammes de prix, Waitrose est le plus cher... Malgré son image de luxe (et les prix qui vont avec), Marks & Spencer's est assez décevant, bien qu'ils fassent brasser un ou deux trucs buvables (mais sans plus).

Mon problème actuellement, c'est qu'il n'y a pas de Waitrose dans un rayon acceptable autour de chez moi, et encore moins de petite cave à bière indépendante. Snif.

Laurent Mousson a dit…

Mais mettons les pieds dans le plat, mettons ! ;o)

le probème que j'ai avec ton raisonnement, c'est qeu le touriste "casual" qui va outre-manche et ne se documente pas un minimum va rentrer en éructant les conneries d'usage sur la bière britannique : soit s'extasier sur la Guinness, soit émettre un avis définitif que la bière anglaise c'est plat, flotteux et tiède...
En été dans lepub londonien lambda, où le sommet de l'art brassicole se résume à une Greene King IPA, c'est ce qu'on obtient quand on y lâche Gérârd et Frônk. ;o)

C'est pourquoi je n'ai de cesse de recommander des ouvrages comme le GBG, ou, pour une simple virée à Londres, le 'Around London in 80 Beers' de Mr Pollard.

Marks & Spencer : T'as jeté un oeail dans les 4 derniers mois ? Ils ont repris en main leur gamme de bières maison. Déjà, c'est indiqué qui les brasse, maintenant, mais il y a apparemment quelques nouveaux produits, dont un qui vient de chez St Austell.

Rémi a dit…

C'est vrai, y aller au hasard encourage un peu à rester dans les clichés. Mais en un sens, si personne n'est là pour les guider, crois-tu vraiment que Gérard saura de lui-même sortir de la Guinness et de la Kro glacée (c'est très à la mode, ça, ici...), guide ou pas guide ? Parce que côté visibilité sur les comptoirs, c'est pas les real ales qui gagnent, hein.

Ceci dit, tu as raison, c'est bête de ne pas se munir d'un guide quand c'est si facile et que ça permet du premier coup de trouver des choses vraiment typiques. Malgré tout, il n'en reste pas moins qu'une des qualités de la Grande-Bretagne, c'est que presque partout on peut trouver, sans trop d'efforts et sans avoir besoin d'aller au fond des allées sombres, des pubs très agréables et qui servent des choses très bonnes. J'aimerais bien qu'il soit si facile en France de trouver une bonne bière !

M&S, j'y suis passé il n'y a pas longtemps, je n'ai pas vu de changement, mais j'avoue que je suis passé très rapidement au rayon bière, d'une part parce que je ne m'attendais pas à trouver quelque chose (de toute façon, M&S est à mon goût très déplorable dans tout leur rayon alcools...) et d'autre part parce que j'y étais pour autre chose. Je repasserais voir quand j'aurais l'occasion.

Hugues a dit…

Petite remarque sur la version mobile du GBG : les abonnées non britons ont 2 solutions, soit chercher sans cesse un spot wi-fi, ce qui devient assez rare (les gens ont enfin compris qu'il fallait protéger leur réseau et les réseaux publics sont assez foireux), soit casquer en roaming, et on arrive vite au-delà des 10 ou 15 £ du livre, qui reste plus commode, plus pratique et toujours à portée de main (à condition d'avoir un sac vu la taille du pavé).

Cette option ne me semble donc pas forcément judicieuse pour les non-britanniques. Une version pdf payante et protégée du livre tel quel serait plus appréciable à mon sens...

Laurent Mousson a dit…

Effectivement, vu sous cet angle, c'est assez ruineux... merci de cette précision !